Pourquoi végétaliser ?

  • Réchauffement climatique
  • Eau
  • Economie d’énergie
  • Pollution
  • Nutrition
  • Bio diversité

Jusqu’à aujourd’hui aucune solution n’existe pour répondre globalement aux enjeux de la survie de notre planète.

Le mur végétalisé apporte des réponses avec des usages différents. Pour vous aider à définir vos besoins voici une liste (non exhaustive) des usages possibles :

  • pour créer un espace vert accessible sur le toit, un potager, un manteau vert
  • pour isoler ou encore un jardin à contempler…
  • pour humidifier un environnement sec ou pour rafraîchir,
  • pour réguler l’écoulement des eaux ou filtrer l’eau de pluie,
  • pour créer un écran végétal pour habiller une façade ou un pignon peu esthétique…
  • pour améliorer le confort acoustique d’une cour,
  • pour mettre en place un filtre dépolluant l’air.

Analyser le contexte

La pertinence du choix du type de végétalisation dépend aussi du lieu :

EN MILIEU URBAIN OU PÉRIURBAIN

La toiture végétalisée est principalement un avantage à l’échelle urbaine puisqu’elle permet de lutter contre les îlots de chaleur, de fixer les poussières, de retenir une partie des eaux de pluie et de les filtrer. Les végétations intensives et semi-extensives représentent les meilleures solutions.

EN MILIEU RURAL

On préférera une végétation extensive si l’on souhaite pallier à un problème d’isolation. Mais dans certains cas, les problèmes d’écoulement des eaux dus à l’imperméabilité de certains sols peuvent aussi toucher le milieu rural. Dans ce cas, une végétalisation intensive de la toiture peut être une solution adaptée.

POUR UNE MAISON INDIVIDUELLE

Tous les types de végétalisation peuvent être envisagés, mais l’extensive et la plante grimpante sont plus simples à mettre en oeuvre et moins coûteuses

POUR UN BÂTIMENT COLLECTIF OU UN ÉQUIPEMENT PUBLIC

Selon la surface de toiture créée et si celle-ci peut être rendue facilement accessible, une végétalisation intensive peut être envisagée.

SUR UNE CONSTRUCTION EXISTANTE

Il faut d’abord réaliser une analyse de la structure pour voir si on peut ajouter une charge supplémentaire (et attention à bien prendre en compte les normes sismiques).

SUR UNE CONSTRUCTION NEUVE

Il faut penser l’élément dès l’esquisse afin de le traiter comme un élément du projet. D’autant plus s’il s’agit d’une toiture qui sera visible ou accessible. La composition des façades et l’emplacement des ouvertures prendront en compte cette contrainte.

Tenir compte des conditions climatiques

Le climat dont bénéficie le lieu d’installation est à étudier pour la pertinence ou non d’une végétalisation des murs et toitures.

Chaque bâtiment est différent par son usage et par son contexte. Il n‘y a pas de solutions toutes faites. Il est important de bien diagnostiquer ses besoins afin d’apporter la réponse la plus pertinente et la plus adaptée.

Source CAE Vendée